mardi 23 mai 2017

Aldous Harding




C'est la façon d'interpréter ses jolies chansons qui m'a séduit immédiatement. Un petit grain de folie qui une fois de plus vient tanguer parmi les herbes folles des talus et ravines. C'est la saison, agrostide ou fromental grignotent nos chaussées. Des franges de talus comme des marées, des dentelles de brins dansants, comme la délicatesse barge d'Aldous Harding.

Et puis sa voix, son écriture, le minois qu'on imagine habité par la beauté pure de ses chansons, des idées sonores de cuivres graves qui viennent contrebalancer la finesse de son chant, sans compter le mellotron lointain sur "Swell does the skull"... tout ceci pour me retrouver à la deuxième écoute de « Party », pétri d'émotions.


Je n'ai écouté plus bel album depuis le premier Agnès Obel, c'est son deuxième et déjà il sonne comme une incontournable pièce discographique. Un petit grain Kate Bush sur « Horizon », presque aussi beau que « Army dreamer » ou « Oh England my lionheart », tantôt Lou Doillon sur « Imiganing my man », Joanna Newsom sur « Party », lips profil Pj Harvey... le printemps hésite entre tiédeur crépusculaire et doux frimât matinal, j'ai tranché, il sera Aldous.


Aldous Harding 2017 « Party » label : 4AD


4 commentaires:

Echiré79 a dit…

Un double merci Charlu !


charlu a dit…

Merci à toi pour ce cadeau lumineux, Je suis perdu.. elle me prend tte la tète ;D

Devant Hantoss a dit…

Je viens t'engueuler, c'est vrai quoi tous ces commentaires consensuels... T'engueuler toi et d'autres critiques dithyrambiques (j'ai une charade marrante avec ce mot).
En ce présent ma vie est au beau fixe, j'ai certes failli me faire virer mais j'ai un sursis, je suis amoureux, pas de problèmes financier, du bons vins en cave. Le temps passe au beau, je vais devenir encore grand-père fin aout... Oui, désolé de m'étaler comme ça, c'est pour que tu comprennes qu'après t'avoir lu, j'y ai ressenti comme un enthousiasme et maintenant que j'écoute la dame (ça fait trois tours complets de l'album) il y règne comme un spleen, un arrêt sur image pleins de doutes.
Comme si j'avais besoin de ça ;-) Heureusement qu'il y a le Hugo et son article sur Little Steven. Que je vais me mettre maintenant ... quoique ... un peu tôt pour un Saint-Joseph. Bon, OK, madame ALpoDOUS je vous écoute

charlu a dit…

super papy Tonio.. ce disque malgré cette petite touche de gris spleeneux, m'a rempli d'une énergie vulnérable. En fait je m'en sors pas, il tourne tjrs en boucle tous les jours. Le mercure a beau monté comme un ouf, les chansons d'Aldous passe comme un petite climatisation vasculaire.
J'ai pas lu les autres critiques, mais c'est sur ce disque va faire du grabuge. Elle est folle cette fille.