lundi 12 juin 2017

Crescent 2017




Un autre retour inattendu, beaucoup moins répandu celui-ci, un groupe anglais important rayonnant dans le sombre slow-core Lo-Fi artisanal et cabossé, c'est Crescent.

A l'écoute de ce 7ème album, on ne peut pas dire qu'ils pètent le feu, et pourtant, ce nébuleux son volubile, le cerveau dilaté par la canicule des acoustiques en pleine fatigue est la patine particulière de Crescent, celle qui embaume le cerveau. C'est pour cela que j'ai toujours suivi ce groupe anesthésiant. Un petit naufrage des pensées, la flemme des articulations, respiration ralentie, les yeux lymphatique. Je crois même que Matt Jones a du forcer sur la dose, c'est contagieux, je plane à donf.
 

Je croyais l'entité splitée, les membres éparpillés, 10 ans sans album, la pochette est toujours aussi belle et simple, le son est le même engourdissant, les instruments délétères et la voix comme un Barrett endormi. Crescent est de retour, Flying Saucer Attack, Movietone pour les arborescences, une intimité champêtre bouleversante pour les chansons.. poètes artisans pour l’esprit.

 

Crescent 2017 « Resin Pockets » label : domino/geographic
 

5 commentaires:

Chris a dit…

Décidément, que de beaux retours en ce moment ! Les 90s bougent encore !!!;)

Devant Hantoss a dit…

Même si j'ai rapidement décroché aujourd'hui, quand même deux réflexions, enfin la définition pour l'oreille de la tiquette Lo-Fi (justement, trop, quand on quitte Waters) Et c'est quand même sympa de penser que l'on peut encore faire ce genre d'album, courageux et pas commercial pour un rond j'imagine

charlu a dit…

Z'ont jamais fait dans le commercial les Crescent, libres comme l'air, symbol de la marge des 90's. Tous leurs albums sont des pépites décalées. C'est un groupe de potes musicos qui chacun de leur côté sont dans d'autres groupes. Du coup, quand ça leur chante ils se réunissent et balancent des petits bijoux de canicule molle comme ça.

Till a dit…

S'ils font des disques pour canicule molle, avec le réchauffement climatique ils ont un bel avenir devant eux. Si ça se trouve c'est même un plan de carrière et ils seraient un tout petit peu commerciaux.

En même temps, avec la canicule moi je préfère écouter de la cold wave au fond de ma cave, c'est plus rafraichissant :D.

charlu a dit…

Vu comme ça je les vois plus comme avant, ils anticipent les saligauds .. en tout cas je me vois bien ds qq années la carcasse avachie et dilatée à écouter ça sous 45°C à l'ombre. Visionnaires les Crescent.. m'étonne pas.

Moi la cold wave, jvois plutôt le truc en plaine période glaciaire, celle qui va suivre très vite après le réchauffement, encore un mouvement qui va revenir. Wire c'est de la cold ??